Lorsque recycler est un acte sensé

Le recyclage du vieux papier et du vieux carton, le recyclage en général est un acte sensé, car :

  • les installations publiques d'élimination des déchets (décharges, installations d'incinération des ordures ménagères) se trouvent soulagées grâce à la récupération systématique du papier usagé et du carton. En Suisse, si le papier collecté n'était pas réutilisé en tant que matière première, il serait nécessaire de construire 10 usines d'incinération supplémentaires avec une capacité de plus d'un million de tonnes par an, ce qui entraînerait des investissements publics massifs.
  • le recyclage est plus économique que l'incinération. Lorsque l'incinération d'une tonne de déchets coûte, selon les installations, de 150 à 250 francs (hors coûts de collecte), le traitement du vieux papier (hors coûts de collecte) ne coûte que de 100 à 150 francs par tonne. A partir de ces matières premières secondaires, il peut simultanément être fabriqués des produits utiles, répondant à une demande sur le marché.
  • les calculs du bilan écologique technique – en restant prudent à l'égard de ces méthodes, qui comprennent toujours un élément d'appréciation – montrent nettement que l'impact écologique du recyclage est moindre que celui de la fabrication de nouvelles fibres.
  • le vieux papier est la matière première la plus importante de l'industrie du papier et du carton nationale. Sans la matière première vieux papier à bas prix en Suisse, la Suisse en tant que lieu de production pour cette industrie serait remise en question.